Dio­cèse de Kara

Que savoir sur notre Diocèse ?

Il est créé le 1er juillet 1994, par démem­bre­ment des dio­cèses de Soko­dé et Dapaong.

PaysTogo
ÉgliseCatho­lique
Rite litur­giqueRomain
Pro­vince Ecclé­sias­tique Lomé
SiègeKara
Saint Patron St Paul
Confé­rence des ÉvêquesConfé­rence des Évêques du Togo
Langues litur­giquesFran­çais, Kabyè, Nawdm, Lama, N’tcham
Calen­drierGré­go­rien
Paroisses35
Prêtres Dio­cé­sains97
Prêtres Mis­sion­naires30
Prêtres Fidei Donum2
Reli­gieux non Prêtres26
Reli­gieuses professes138
Grands Sémi­na­ristes35
Pro­pé­deutes6
Laïques consa­crés13
Caté­chistes1152
Super­fi­cie10 590 km2
Popu­la­tion totale899 948 environ
Popu­la­tion catho­lique162 181 environ

Structures

Phi­lo­so­phât Interdiocésain1
Paroisses35
Ins­ti­tuts reli­gieux Fémi­nins15
Ins­ti­tuts reli­gieux Masculins9
Ins­ti­tuts sécu­liers féminins2
Monas­tère béné­dic­tin Masculin1
Foyer sémi­naire1
Centre de Caté­chèse et de Spiritualité1
Centre Pas­to­ral Diocésain1
Radio Catho­lique1
Ecoles Mater­nelles10
Ecoles Pri­maires Catho­liques49
Col­lèges Catholiques8
Lycée Catho­lique1
Ins­ti­tut Poly­tech­nique Catholique1

Évêques

ÉvêquePho­toArmoi­rie
depuis le 7 jan­vier 2009 : Jacques Lon­ga (Jacques Dan­ka Longa)
26 Jan­vier 1996–7 jan­vier 2009 : Ignace Sam­bar-Tal­ke­na (Ignace Bagui­bas­sa Sambar-Talkena)
20 juillet 1994–16 février 1996 : Ernest Assi (Ernest Pati­li Assi)

Territoire

Notre Dio­cèse com­prend toute la région de la Kara sauf la pré­fec­ture d’Assoli.

PRÉSENTATION DÉTAILLEE DU DIOCÈSE DE KARA

CREATION

Le dio­cèse de Kara (au Nord-Togo), né du démem­bre­ment des dio­cèses de Soko­dé et de Dapaong, a été éri­gé le 1er juillet 1994.

TERRITOIRE

Le dio­cèse de Kara couvre une super­fi­cie d’environ 10.590 Km2. Il s’étend sur six (06) pré­fec­ture: Bas­sarBinah, Dank­pen, Dou­fel­gou, Kéran et Kozah..

POPULATION

Le nombre total des habi­tants sur l’ensemble du dio­cèse est esti­mé aujourd’hui à 1.000.000 envi­ron. On y ren­contre huit (08) peuples dif­fé­rents : les Kabyè, les Log­ba et les Sol­la au Centre et à l’Est ; les Bas­sar (Tcham) et les Kon­kom­ba à l’Ouest ; les Nawd­ba et les Lam­ba au Nord et au Nord-Ouest et les Tem­ber­ma au Nord Est.

RELIGIONS

Les chré­tiens catho­liques sont esti­més à 200.000 dans le dio­cèse de Kara. La fer­veur et la pra­tique reli­gieuses sont en géné­ral fortes ; mais la par­ti­ci­pa­tion à la messe domi­ni­cale baisse à cer­taines périodes de l’année dans les paroisses rurales, à cause des tra­vaux cham­pêtres, prin­ci­pale acti­vi­té de la popu­la­tion diocésaine.

Les chré­tiens non catho­liques peuvent être esti­més à envi­ron 20.100 adeptes que se par­tagent l’Eglise Evan­gé­lique, l’Eglise Bap­tiste et l’Eglise des Assem­blées de Dieu.

Les adeptes de la Reli­gion Tra­di­tion­nelle Afri­caine (R.T.A) atteignent le nombre de 680.000 envi­ron et se répar­tissent inéga­le­ment selon les eth­nies et les régions. C’est par­mi eux que l’Eglise naît et gran­dit plus facilement.

Les Musul­mans quand à eux sont esti­més à envi­ron à 30.000 sur l’ensemble du diocèse.

De nos jours, on assiste à une mul­ti­pli­ca­tion des Sectes et des Socié­tés secrètes qui attirent de plus en plus des adeptes dont le nombre n’est pas négli­geable. Mal­heu­reu­se­ment, celles-ci puisent sou­vent par­mi les catholiques.

PAROISSES

Depuis le 04 mars 2009, le dio­cèse de Kara compte trente (30) paroisses répar­ties en six (06) Doyen­nés ou Vica­riats Forains :

Doyen­nésNombre de Paroisses
Kara07
Yadé05
Niam­tou­gou03
Kan­dé05
Bas­sar05
Pagou­da05

Aujourd’hui c’est-à-dire en la date du 04 jan­vier 2020, le dio­cèse de Kara compte trente-cinq (35) paroisses répar­ties en sept (7) Doyen­nés ou Vica­riats Forains :

Doyen­nésNombre de Paroisses
Kara-Nord05
Kara-Sud 05
Yadé05
Niam­tou­gou03
Bas­sar06
Pagou­da06
Pagou­da05

Rythme de crois­sance des paroisses :

Années1994199519992002200620072009
Nombre de Paroisses16192124262730
Années201020112012
Nombre de Paroisses323435

Des trente (35) paroisses,

  • Vingt-quatre (24) sont confiées au gou­ver­ne­ment pas­to­ral du cler­gé diocésain,
  • Deux (02) aux Fidei Donum (Pagou­da, Sol­la et Kpen­zin­dè)
  • Neuf (09) au cler­gé reli­gieux notam­ment les SVD (04 paroisses), les SMA (02 paroisses), les Fran­cis­cains (01 paroisse), les Salé­siens de Don Bos­co (01 paroisse) et les Don Orione (01 paroisse).

EPISCOPAT

Du 1er juillet 1994 jus­qu’ à nos jours, le jeune dio­cèse de Kara a eu à sa tête trois Evêques :

  • Mgr ASSI Pati­li Ernest : du 01.07.1994 au 16.02.1996 (Décès).

Sa Devise : « Ecce Nova Facio Omnia » « Voi­ci que je fais toutes choses nou­velles »(Ap 21,5).

  • Mgr SAMBAR-TALKENA Bagui­bas­sa Ignace : du 30.11.1996 au 07.01.2009 (Emé­rite).

Sa Devise : « Deo Povi­dente » (Au gré de la Providence)

  • Mgr LONGA Dan­ka Jacques : Evêque Coad­ju­teur du 23.04.2008 au 07.01.2009.

Evêque Dio­cé­sain depuis le 07.01.2009

Sa Devise : « Non Ego » (De 1Co15, 10 « Non pas moi. Mais la grâce de Dieu avec moi »)

PRETRES

En dehors de l’Evêque Dio­cé­sain et de l’Evêque Emé­rite, le dio­cèse de Kara compte pré­sen­te­ment soixante trois (63) prêtres dio­cé­sains for­més, les uns au Grand Sémi­naire Saint Gall de Oui­dah, les autres au Grand Sémi­naire Jean Paul de Lomé.

Nombre de Prêtres Dio­cé­sains autoch­tones au fil des années :

Années19941995199619971998199920002001200220032004200520062007200820092010
Nombre de Prêtres1418172329313536404648525457606363
Années201120122013201420152016201720182019
Nombre de Prêtres68718081859295101103

Depuis la créa­tion du dio­cèse de Kara, quatre (04) ouvriers de l’Evangile appar­te­nant au cler­gé autoch­tone sont déjà par­tis vers la mai­son du Père. Il s’agit de :

  • ASSI Pati­li Ernest, 1er Evêque de Kara (+16.02.1996)
  • Père PEREZI Mau­rice (+14.11.1998)
  • Père KPANTILIA Gré­goire (+24.11.2001)
  • Père MESSAMATE Inno­cent (+03.01.2005)
  • Père ADJOLA Raphaël (+18.03.2011)
  • Mgr SAMBAR-TALKENA Ignace (+03.02.2013)
  • Père BATAWA Ger­main (+10.05.2013)
  • Père SAGOU Jean-Paul (+24.06.2013)
  • Père BADJILMBAYENA Syl­vestre (+23.12.2018)
  • Père PIGNAN Eloi (+.4.12.2019)

Les Prêtres Fidei Donum en ser­vice dans le dio­cèse sont actuel­le­ment au nombre de deux (02). Ils viennent des dio­cèses de Mag­de­burg (Alle­magne) et Opole (Pologne).

Les Prêtres mis­sion­naires sont au nombre de trente-deux (32), répar­tis entre neuf (09) familles reli­gieuses :

  • l’Ordre des Frères Mineurs (OFM : Franciscains)
  • les Frères de la Socié­té de Marie (Maria­nistes)
  • les Pères de la Socié­té des Mis­sions Afri­caines (SMA)
  • les Frères Mis­sion­naires des Cam­pagnes (FMC)
  • les Frères Salé­siens de Don Bos­co (SDB)
  • les Frères de la Petite Œuvre de la Divine Pro­vi­dence de Don Orione
  • les Frères Béné­dic­tins Mis­sion­naires de Sainte Odile (OSB)
  • la Socié­té du Verbe Divin (SVD)
  • les Frères de Saint Jean.

LES RELIGIEUX ET RELIGIEUSES

Les Reli­gieux non Prêtres actuel­le­ment en ser­vice au dio­cèse de Kara sont au nombre de trente-six (36) appar­te­nant aux neuf (09) Familles reli­gieuses citées plus haut.

L’une de ces familles reli­gieuses est locale. Il s’agit des Frères Béné­dic­tins Mis­sion­naires de Sainte Odile (Monas­tère de l’Incarnation d’Agbang). Ce Monas­tère est fon­dé le 8 août 1985 par le Frère Boni­face TIGUILA, Prêtre reli­gieux ori­gi­naire du dio­cèse de Kara. Le 12 décembre 1992, ce Monas­tère est deve­nu Prieu­ré Simple, et le 6 juin 2005, Prieu­ré conventuel.

De nos jours, cent trente (130) Reli­gieuses Pro­fesses tra­vaillent dans le dio­cèse. Elles pro­viennent de dix-huit (18) Ins­ti­tuts dont trois (3) Ins­ti­tuts Reli­gieux de droit dio­cé­sain, treize (13) Ins­ti­tuts Reli­gieux de droit pon­ti­fi­cal et deux (02) Ins­ti­tuts Séculiers.

Trois (03) sont locaux :

  • les Sœurs de la Pro­vi­dence de Saint Paul (PSP)

L’Institut des Sœurs PSP est fon­dée le 1er octobre 1975 par Mgr Ignace SAMBAR-TALKENA, Evêque Emé­rite du dio­cèse de Kara. Le 25 mars 1981, la Congré­ga­tion est deve­nue une Pieuse Asso­cia­tion et depuis le 08 décembre 2005, elle est recon­nue comme un Ins­ti­tut de Droit Diocésain.

  • les Sœurs de Saint Augus­tin (SSA)
  • les Sœurs Notre Dame de Naza­reth (NDN)

Douze (12) sont des Ins­ti­tuts Missionnaires :

  • les Filles de la Cha­ri­té du Sacré Cœur de Jésus (FCSCJ)
  • les Filles de Marie Imma­cu­lée (FMI : Marianistes)
  • les Sœurs Mis­sion­naires Caté­chistes du Sacré Cœur (MCSC)
  • les Sœurs de la Divine Pro­vi­dence de Ribeauvillé
  • les Sœurs Mis­sion­naires de la Doc­trine Chrétienne
  • les Sœurs de Saint Tho­mas de Villeneuve
  • les Sœurs de la Pro­vi­dence de Saint André de Peltre
  • les Sœurs de Saint Cathe­rine d’Alexandrie V.M.
  • les Sœurs Mis­sion­naires des Campagnes
  • les Sœurs de Saint Fran­çois d’Assise
  • les Sœurs Salé­siennes de Don Bosco
  • les Sœurs Mis­sion­naires Ser­vantes du Saint Esprit (SSPS)
  • les Sœurs Mis­sion­naires Notre Dame des Apôtres (NDA)

Trois Ins­ti­tuts Séculiers

  • Pré­sence et Vie 
  • Alliance Mariale – Famille Marianiste

LES VOCATIONS

La Pas­to­rale des voca­tions fait l’objet d’une atten­tion par­ti­cu­lière au niveau dio­cé­sain. La Lettre Pas­to­rale « Allez vous aus­si à ma vigne » (Mt20, 7) du 17 octobre 2009 de Mgr LONGA Dan­ka Jacques, Evêque de Kara, sur les voca­tions l’exprime clairement.

Déjà dans les années 1975, il avait été créé pour le compte du grand dio­cèse de Soko­dé un Petit Sémi­naire situé au chœur de l’actuelle ville épis­co­pale du dio­cèse de Kara. Ce Petit Sémi­naire deve­nu plus tard Foyer Sémi­naire, est diri­gé par un Rec­teur et un Direc­teur Spi­ri­tuel. Il accueille et accom­pagne en son sein des aspi­rants sémi­na­ristes de la Seconde en Ter­mi­nale. Pen­dant les congés et les vacances, ils sont rejoints par les autres aspi­rants en dia­spo­ra pour des recol­lec­tions et des camps de for­ma­tion. Depuis 1994, le Foyer Sémi­naire appar­tient au dio­cèse de Kara. Un bon nombre de Sémi­na­ristes et de prêtres dio­cé­sains y sont passés.

Actuel­le­ment, le dio­cèse de Kara compte cin­quante un (51) Grands Sémi­na­ristes dio­cé­sains et dix (10) Pro­pé­deutes. En moyenne, trois (03) prêtres sont ordonnés/an et un (01) Sémi­na­riste recru­té / an :

Années19941995199619971998199920002001
Nombre de séminaristes3236363932282927
Nombre de Prêtres ordonnés0010607020302
Années20022003200420052006200720082009
Nombre de séminaristes2823323841464951
Nombre de Prêtres ordonnés0406040302030403
Années20102011201220132014201520162017
Nombre de séminaristes5154543546504343
Nombre de Prêtres ordonnés0104030901040703
Années20182019
Nombre de séminaristes4841
Nombre de Prêtres ordonnés0602

Beau­coup de Filles et Fils du dio­cèse de Kara optent éga­le­ment pour la vie reli­gieuse et sont à la recherche de leur voca­tion dans divers Ins­ti­tuts reli­gieux pré­sents ou non au diocèse.

De plus, depuis quelques années, le groupe « Amo­ris lae­ti­tia » a été créé sur les paroisses afin de pro­mou­voir la voca­tion au mariage auprès des jeunes qui y aspirent.

LES RESSOURCES FINANCIERES

« L’Eglise peut acqué­rir des biens tem­po­rels par tout moyen juste qui est per­met aux autres per­sonnes selon le droit natu­rel ou posi­tif. » c.1259.

Pour l’heure, les sources de reve­nus locales ne sont ni effi­caces ni fiables ni stables. Elles sont réduites aux quêtes et offrandes des fidèles. La bourse de ceux-ci, ser­rée par plu­sieurs para­mètres socio éco­no­miques impose des limites aux poten­tia­li­tés finan­cières du dio­cèse (L’Eglise n’est riche que de la richesse de ses fidèles). Par consé­quent, le fonc­tion­ne­ment et la mis­sion du dio­cèse dépendent énor­mé­ment des aides exté­rieures. De ces aides exté­rieures, les sub­sides ordi­naires pro­ve­nant du Saint Siège sont plus régu­liers et ras­su­rants même s’ils ne couvrent pas tous les besoins cou­rants. Au gré de la Pro­vi­dence, la réa­li­sa­tion de cer­tains pro­jets est aus­si finan­cée en par­tie ou en tota­li­té de l’extérieur. L’auto prise en charge ou l’autofinancement demeure donc un réel défi à relever.

VISIONS / PROJETS / PRIORITES

  • FAMILLE

La famille est la pre­mière école des ver­tus sociales néces­saires à toute société…C’est là que les enfants font la pre­mière expé­rience de l’Eglise et de l’authentique vie humaine en socié­té (cf GE3). Pour ces valeurs dont revêt l’entité fami­liale, le dio­cèse de Kara entend être très proche des familles afin de les accom­pa­gner dans la réa­li­sa­tion réelle de leur vocation.

Pour ce faire, l’Evêque dio­cé­sain a vive­ment rap­pe­lé qu’ « il est déter­mi­nant pour les couples de mili­ter dans les mou­ve­ments à voca­tion fami­liale : les Equipes Notre Dame, le Mou­ve­ment des Foyers chré­tiens et les Familles Kol­ping » et que les paroisses qui n’ont pas encore ces mou­ve­ments se le donnent comme objec­tif car, si le cadre fami­lial est assai­ni, ce qu’elle couve ou enfante l’est éga­le­ment (Cf Lettre Pas­to­rale « Allez vous aus­si à ma vigne » du 17 octobre 2009, p. 24).

Actuel­le­ment, dans le dio­cèse de Kara, la famille est prise en charge par la com­mis­sion dio­cé­saine de la Pas­to­rale de la Famille qui a à sa tête deux prêtres.

De plus, après trois années de réflexion sur le mariage et la famille aux Jour­nées Pas­to­rales Dio­cé­saines (JPD), un guide en attente de pro­mul­ga­tion a été écrit pour les pas­teurs, les couples et les familles.

  • EDUCATION

Le dio­cèse de Kara fait de l’éducation une voie royale pour la construc­tion de l’Eglise et du pays. Pour le moment, deux options sont en cours d’exécution selon les moyens dis­po­nibles : le soin des mou­ve­ments d’action catho­lique et la pas­to­rale en milieu scolaire.

Les mou­ve­ments d’action catho­lique en acti­vi­té dans le dio­cèse de Kara sont au nombre de vingt et un (21) envi­ron : Foyers Chré­tiens, Equipes Notre Dame, Renou­veau Cha­ris­ma­tique Catho­lique, Légion de Marie, Noble Ordre de Saint Jean-Bap­tiste, Familles Kol­ping, Jeu­nesse Etu­diante Catho­lique (JEC), Cœurs Vaillants-Ames Vaillantes (CV-AV), Scouts et Guides catho­liques, Cho­rales, Ser­vants de messe, Saint Antoine de Padoue, Sainte Rita, Jésus Misé­ri­cor­dieux, Amis de Bétha­nie, Equipe Ensei­gnante, Amis de Marie, Notre Dame de Mont­li­gion, Groupe Sacré-Cœur, Mou­ve­ment Sacer­do­tal Marial, Asso­cia­tion Catho­lique de la Veuve et de l’Orphelin (ACVO).

Pré­sen­te­ment, seuls quinze (15) mou­ve­ments béné­fi­cient cha­cun de l’accompagnement d’un aumô­nier dio­cé­sain. Cepen­dant, à l’échelle du dio­cèse, tous les mou­ve­ments tra­vaillent sous la coor­di­na­tion de la Direc­tion des Œuvres. Les mou­ve­ments sont regrou­pés soit en C.C.A.C.A (Comi­té de Coor­di­na­tion d’Action Catho­lique des Adultes), soit en C.C.A.C.J (Comi­té de Coor­di­na­tion d’Action Catho­lique des Jeunes).

L’évangélisation par l’école est aus­si une grande pré­oc­cu­pa­tion. Les toutes pre­mières écoles du milieu ont été créées par les Mis­sion­naires. La plu­part de l’élite intel­lec­tuelle y a été for­mée. Aujourd’hui encore l’Eglise dio­cé­saine veut conser­ver sa place d’éducatrice en milieu pré­sco­laire et sco­laire par la créa­tion des écoles catho­liques où une for­ma­tion équi­li­brée pour­ra être assu­rée sous le regard du Direc­teur dio­cé­sain de l’Enseignement Catho­lique qui est un Prêtre. Fautes de moyens, nous n’arrivons à répondre aux appels des popu­la­tions et aux besoins dans ce domaine.

Actuel­le­ment, le dio­cèse de Kara compte dix (10) Ecoles Mater­nelles Catho­liques, cin­quante deux (49) Ecoles Pri­maires catho­liques, huit (08) Col­lèges Catho­liques et un (01) Ins­ti­tut Poly­tech­ni­que et un lycée catholique.

L’Enfance Mis­sion­naire ou la Sainte Enfance finance quelques pro­jets de construc­tion d’établissements sco­laires. Dans le dio­cèse de Kara, cet appui ne peut répondre aux besoins réels du ter­rain et il arrive que la popu­la­tion elle-même prenne l’initiative de créer avec ses moyens de bords des écoles de for­tune appe­lées EDIL (Ecoles D’Initiative Locale), en atten­dant un secours providentiel.

  • SANTE

Aujourd’hui, l’on recense envi­ron vingt-cinq (25) cases de san­té et dis­pen­saires avec vingt-trois (23) mater­ni­tés tenus par des Ins­ti­tuts reli­gieux qui assurent des soins pré­li­mi­naires et limi­tés. L’on ren­contre aus­si quelques reli­gieuses qui offrent leur dis­po­ni­bi­li­té pour le soin des malades dans les struc­tures de san­té éta­tiques ou para éta­tiques. Mais au-delà de tout, pour béné­fi­cier des soins fiables, les habi­tants du dio­cèse vont à la recherche des hôpi­taux catho­liques soit à Afa­gnan (Sud-Togo), soit à Tan­guié­ta (au Nord –Bénin) où des Frères Hos­pi­ta­liers de Saint Jean de Dieu exercent leur charisme.

Le dio­cèse de Kara rêve d’une telle struc­ture sur son ter­ri­toire pour, d’une part, sou­la­ger les fré­quents et pénibles dépla­ce­ments des malades loin, très loin de chez eux à la recherche des soins abor­dables et effi­caces et d’autre part, mani­fes­ter sa proxi­mi­té aux souf­frants cela, dans un esprit évan­gé­lique, à la suite du Christ qui est pas­sé au milieu de nous, com­pa­tis­sant, aimant, guérissant.

SPIRITUALITE

« ENSEMBLE POUR LE CHRIST, ENSEMBLE POUR NOTRE DIOCESE ».

Le pro­jet de spi­ri­tua­li­té pour le dio­cèse de Kara se résume dans cette devise : « ENSEMBLE POUR LE CHRIST, ENSEMBLE POUR NOTRE DIOCESE ». « La mul­ti­tude des croyants n’avaient qu’un cœur et qu’une âme » (Ac 4, 32). Par­tant de la convic­tion que cha­cun est appe­lé par le Christ pour une même cause, cette spi­ri­tua­li­té veut oser la conver­gence des esprits et des cœurs autour de deux inté­rêts : celui du Christ et celui de son Eglise dont une por­tion se trouve être le dio­cèse de Kara : « Tenez fermes dans un même esprit, lut­tant de concert et d’un cœur una­nime pour la foi de l’évangile » (Ph1, 27).

Cette spi­ri­tua­li­té entend se concré­ti­ser dans l’har­mo­ni­sa­tion spi­ri­tuelle des res­pon­sa­bi­li­tés indi­vi­duelles exer­cées selon l’état et le lieu où l’on est. Cha­cune des res­pon­sa­bi­li­tés doit consti­tuer une brin­dille dont le rôle est d’entretenir le feu que le Christ a allu­mé sur la terre (Cf Lc 12,42). L’Evêque en fai­sait men­tion dans la Lettre Pas­to­rale en ces termes : « Que donc cha­cun redé­couvre sa place dans l’Eglise, dans sa paroisse, dans sa com­mu­nau­té de base, dans sa famille. Cette place, quelle qu’elle soit, se défi­nit et se recon­naît dans la radi­ca­li­té évan­gé­lique. Famille chré­tienne, essaie de vivre cette radi­ca­li­té et tu rayon­ne­ras autour de toi, la bonne odeur du Christ, cela, pas néces­sai­re­ment en par­lant. Com­mu­nau­té parois­siale, tu es le lieu où l’Eglise, Une, Sainte, Catho­lique et Apos­to­lique s’exprime et se vit quo­ti­dien­ne­ment. Deviens ce que tu es. Et toi consa­cré, prêtre ou reli­gieux (se), ou laïc tu appar­tiens, tout entier à Dieu. Laisse-toi enva­hir par Celui qui t’habite et te sol­li­cite. Aspirant(e), postulant(e), sémi­na­riste, novice, laisse-toi faire. Ecoute l’hôte inté­rieur qui te forme à l’image du Christ et à sa suite, à tra­vers les misères humaines et les ins­tru­ments humains. Jeune, tu as l’avenir devant toi. Ton ave­nir se construit aujourd’hui, dans les enga­ge­ments et le quo­ti­dien de ta vie. Ne vis pas le futur avant qu’il ne soit pré­sent. » (Extrait de la Lettre Pas­to­rale « Allez vous aus­si à ma vigne » Mt 20,19 du 17 octobre 2009, p.28).

En esquisse d’une com­mu­nion spi­ri­tuelle, « PRENDS ET PRIE » est un manuel de prière pen­sé par l’Evêque de Kara afin que, d’un même cœur et d’une même bouche, tous glo­ri­fient le Dieu et Père de notre Sei­gneur Jésus.

Cette spi­ri­tua­li­té se mani­feste concrè­te­ment par la mul­ti­pli­ci­té des ren­contres et des célé­bra­tions à carac­tère diocésain.

  1. Les ren­contres diocésaines
  2. Les Jour­nées Pas­to­rales Dio­cé­saines (JPD) : c’est une ren­contre de tous les prêtres du dio­cèse, un membre de chaque com­mu­nau­té reli­gieuse et les diacres en attente d’ordination pour réflé­chir sur un thème en vue des orien­ta­tions pas­to­rales de l’année. Pour le compte de cette année pas­to­rale 2019–2020, les JPD ont eu pour thème géné­ral « les Jeunes, la foi et le dis­cer­ne­ment voca­tion­nel et pour thème par­ti­cu­lier de cette année : « Les jeunes et le monde qui est le leur ». A la fin de ces JPD, des orien­ta­tions pas­to­rales ont été publiées et l’Evêque a adres­sé un mes­sage à tous les jeunes du diocèse.
  3. La for­ma­tion per­ma­nente des prêtres :
  4. La for­ma­tion per­ma­nente habi­tuelle qui a lieu deux fois par an en novembre et en mai ;
  5. la for­ma­tion per­ma­nente des prêtres d’au plus 5 années d’ordination qui a lieu trois (3) fois dans l’année,
  6. les jour­nées du pres­by­te­rium qui a lieu dans la semaine avant le dimanche des rameaux et qui finit tou­jours avec la célé­bra­tion de la messe Chrismale.
  7. Les récol­lec­tions : il y en a deux : Avent et Carême.
  8. Jour­née d’échange et d’amitié avec les Consa­crés : c’est une jour­née où Mgr ren­contre tous les Consa­crés (reli­gieux, reli­gieuses et laïcs consa­crés) du dio­cèse. Pour cette année, cette ren­contre aura lieu le 31 jan­vier 2020 au CPB.

Les jour­nées diocésaines

  • Jour­née dio­cé­saine du Caté­chiste qui a sou­vent lieu au der­nier same­di du mois de sep­tembre. Cette jour­née est célé­brée quel­que­fois dans les doyen­nés et d’autres fois de façon vrai­ment diocésaine.
  • Jour­née dio­cé­saine de la famille qui a lieu à la Sainte famille.
  • Jour­née dio­cé­saine de la vie Consa­crée qui a lieu le 2 février à la pré­sen­ta­tion du Seigneur.
  • Les célé­bra­tions diocésaines
  • Ouver­ture dio­cé­saine du mois mis­sion­naire au 1er same­di du mois d’octobre.
  • La messe pour les ouvriers de l’Evangile défunts qui a lieu à la Cathé­drale, sauf s’il en va autre­ment, le 2e same­di du mois de novembre.
  • Les ordi­na­tions sacer­do­tales qui ont lieu le 3e same­di du mois de décembre à la Cathé­drale sauf s’il en va autrement.
  • La célé­bra­tion dio­cé­saine de la Conver­sion de Saint Paul le 25 jan­vier, fête patro­nale du diocèse.
  • La célé­bra­tion du Pèle­ri­nage dio­cé­sain des jeunes au same­di de la 1ère semaine de carême. Ce sera la 1ère édi­tion pour cette année.
  • La célé­bra­tion du Pèle­ri­nage dio­cé­sain des adultes au same­di de la 3e semaine de Carême.
  • La célé­bra­tion de la messe Chris­male qui a lieu à la Cathé­drale, sauf s’il en va autre­ment, le same­di avant le dimanche des rameaux.
  • Les ordi­na­tions dia­co­nales qui ont lieux le der­nier same­di du mois de Juillet.

« ENSEMBLE POUR LE CHRIST, ENSEMBLE POUR NOTRE DIOCESE ».